DSC'99 - Driving Simulation Conference July 7-8, 1999 - PARIS


Contribution d'une plate-forme mobile aux restitutions kinesthésiques sur simulateur de conduite

Gilles Reymond, Andras Kemeny
Renault Research Department, Driving Simulators Group,
1 avenue du Golf 78288 Guyancourt Cedex, France

Alain Berthoz, Jacques Droulez
LPPA, CNRS-UMR 9950, Collège de France,
11 place Marcelin Berthelot 75005 Paris, France

Résumé

Une expérience a été menée sur le simulateur de conduite de Renault, récemment équipé d'une plate-forme mobile à 6 degrés de liberté, afin d'étudier le rôle des informations kinesthésiques (vestibulaires, tactiles et proprioceptives) lors de la conduite en virage. La contribution du système de mouvement a été évaluée en mesurant la relation expérimentale entre l'accélération latérale et la vitesse du véhicule simulé, par analogie avec des expériences similaires sur véhicules réels.

Sept sujets ont conduit le simulateur deux fois sur une réplique virtuelle de la piste d'essais Renault, une fois avec la plate-forme active, une fois sans mouvement. L'accélération latérale et la vitesse étaient enregistrées à partir du modèle temps-réel de dynamique du véhicule, puis tracées pour chaque sujet. Les enveloppes supérieures de ces courbes montraient, comme prévu, une décroissance marquée avec la vitesse qui a été caractérisée par une régression linéaire. Néanmoins, la pente de cette régression augmentait lorsque la plate-forme était active.

Cet effet traduit une sous-estimation du «danger» de conduite dans la condition sans mouvement, issue d'une anticipation réduite de l'accélération latérale à partir d'informations purement visuelles. La plate-forme mobile contribue à l'estimation multi-sensorielle de cette accélération chez les conducteurs du simulateur, à partir d'informations visuelles et kinesthésiques combinées. Ceci représente un progrès par rapport aux simulateurs statiques, où les sujets tendent à conduire trop vite en virage. D'autres expériences prévues sur véhicules réels en conditions similaires permettront de progresser dans le travail, en cours chez Renault, de validation des simulateurs équipés de plates-formes mobiles.